26/02/2008

La plus grande station d'épuration souterraine au monde est à Marseille

La "plus grande station d'épuration enterrée du monde" est entrée pleinement en service jeudi à Marseille pour traiter 90 millions de mètres cubes d'eaux usées par an, a annoncé la mairie.

Le complexe Géolide, qui a nécessité 182 millions d'euros d'investissement pour trois ans de travaux, associe une usine de traitement physico-chimique des eaux, une usine de traitement biologique des eaux et une usine de traitement des boues.

Il "permet de hisser Marseille au rang des villes les plus performantes" dans ce domaine, a souligné la mairie.

D'une surface de 35.000 mètres carrés, la station utilise notamment le procédé Biostyr qui permet d'éliminer les polluants biodégradables et les détergents par biofiltration.

Seize communes dont Marseille sont raccordées à Géolide, totalisant près d'un million d'habitants et produisant en moyenne 250.000 mètres cubes d'eaux usées par jour.

source : www.lemonde.fr

11/01/2008

Fusion de la glace simulée par ordinateur

la fusion de la glace simulée en détail

Par Laurent Sacco, Futura-Sciences

Des chercheurs suédois de l’Université d’Uppsala viennent de publier une étude intéressante sur ce qui se passe quand la glace fond. Leur simulation numérique montre des images étonnantes...

Une des difficultés les plus importantes de la physique est ce que l’on appelle le problème à N corps. Il s’agit de comprendre et de prédire ce qui se passe quand N particules exercent les unes sur les autres un ensemble de forces. On le trouve dans différentes disciplines comme la dynamique des planétésimaux lors de la formation du système solaire, le comportement des nucléons dans un noyau ou encore celui des électrons dans un matériau conducteur, voire supraconducteur.

Les possibilités analytiques de l’esprit humain étant ce qu’elles sont, une résolution rigoureuse des équations de mouvements d'un problème à N corps n’est pas à sa portée. En fait, Poincaré a même montré, dans le cas de la mécanique céleste newtonienne, que le problème n’avait pas de solutions analytiques avec seulement trois corps. Jusque vers le milieu du vingtième siècle, les physiciens cherchant à tirer quelques informations sur le comportement des molécules d’un gaz ou d’un liquide devaient s’en remettre aux méthodes de la mécanique statistique.

Tout a changé avec la réalisation des premiers ordinateurs à partir des travaux de Turing et Von Neuman. Stimulés par les problèmes de mise au point des armes nucléaires, les physiciens ne tardèrent pas à résoudre numériquement des équations de systèmes à N corps. Une des premières simulations ayant donné un résultat non trivial est la célèbre simulation de Fermi, Pasta et Ulam, avec une série d’oscillateurs non linéaires couplés. On avait découvert à cette occasion une violation du théorème de l’équipartition de l’énergie et l’apparition, inattendue, d’un comportement lié à l’existence de ce qui sera appelé plus tard des solitons.

...lire la suite de l'article...

12:13 Écrit par Soif de Savoir dans Au fil de l'H20 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : glace, fusion, eau, simulation |  Facebook |

Découverte : au fil de l'eau

L'eau sculptée avec des champs électriques

Par Laurent Sacco, Futura-Sciences

Une nouvelle propriété étonnante de l’eau vient d’être mise en évidence par un groupe de physiciens de la Graz University of Technology en Autriche. Sous l’action d’une forte différence de potentiel, l’eau peut être « sculptée » pour former un pont entre deux béchers, défiant la pesanteur.

Elmar C Fuchs et ses collègues étaient en train d’étudier les propriétés physiques de l’eau sous l’action d’un champ électrique lorsqu’ils ont découvert un étrange phénomène. Deux béchers remplis d’eau distillée et soumis à une forte différence de potentiel étaient à une distance de quelques centimètres quand l’eau s’est mise à grimper aux parois pour sortir des béchers et former une sorte de tube d’eau flottant en l’air, connectant les deux récipients !

On sait depuis longtemps que l’eau est un des liquides les plus mystérieux et les plus fascinants de l’Univers, dont bien des secrets restent encore à découvrir. C’est donc avec attention que les chercheurs ont étudié ce nouveau phénomène. D’abord, le pont d’eau se crée à partir de l’anode vers la cathode et il forme un tube de 1 à 3 mm de diamètre. Si l’on filme le processus avec une caméra à prise de vues rapides, on constate des oscillations à hautes fréquences dans la structure du pont et, en l’examinant de près, on constate que celle-ci se complexifie au bout de quelques minutes. Enfin, lorsqu’au bout de 45 minutes environ, la température de l’eau est passée de 20 °C à 60 °C sous l’action du voltage, le pont s’effondre.  


Vidéo réalisée par Elmar C. Fuchs et montrant le phénomène découvert

Un début d'explication

Pour les chercheurs, tout ceci est dû initialement à l’existence de charges électriques à la surface de l’eau et ensuite au caractère polaire des molécules d’eau qui font qu’elles s’orientent sous l’action d’un champ électrique. Des interactions complexes entre ces molécules se produisent alors, et un ordre se manifeste avec apparition de microstructures dans le liquide et finalement du pont lui-même. Selon les physiciens, les oscillations constatées seraient quant à elles directement reliées à la fréquence du voltage appliqué aux deux béchers. Il ne s’agirait pas de simples ondes de tension superficielle de l’eau.

On sait que l’eau n’est pas un liquide complètement désordonné, et que des îlots d’ordre temporaires se forment et disparaissent continuellement. Les chercheurs étudient actuellement les microstructures de l’eau révélées par cette expérience dans l’espoir d’en savoir plus sur ce liquide si important pour la vie sur Terre.

waterbridge

Pont d'eau créé par la différence de potentiel entre deux béchers d'eau. Crédit : Elmar C. Fuchs

10:33 Écrit par Soif de Savoir dans Au fil de l'H20 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : champ electrique, eau, etonnant, decouverte |  Facebook |